Le levain panaire est un mélange obtenu par une culture symbiotique de bactéries lactiques (lactobacille) et de levures se développant dans un mélange de farine complète et d’eau. La pâte obtenue sert à la fabrication du pain au levain, auquel il confère son goût spécifique par rapport au pain monté sur levure. L’acidité particulière que le pain au levain peut présenter est, en effet, due à l’acide lactique et à l’acide acétique produits par les bactéries lactiques (lactofermentation). Cette acidité peut être plus ou moins prononcée selon le mode d’obtention et d’entretien du levain.

Histoire du levain

Le levain fut pendant longtemps la seule manière de faire lever le pain. Il est très difficile de dater la découverte du levain, les premières représentations de celui-ci datent de l’Ancien Empire égyptien. On sait que les Égyptiens et avant eux les Sumériens fabriquaient conjointement de la bière et du pain.
Son importance et son ancienneté lui donnent une place culturelle éminente, comme l’attestent ses occurrences bibliographiques. Dans ses ouvrages sur le pain, Antoine Parmentier en vante longuement les mérites, méprisant l’usage de plus en plus répandu de la levure.
Ces dernières années, le levain est revenu en grâce, grâce à l’amélioration des procédés de conservation et à une volonté de revenir à des pains plus sains et plus savoureux que les pains à la levure. Cependant, des boulangers de renom comme Éric Kayser recommandent de mélanger levure et levain dans des proportions précises afin d’allier les avantages des deux méthodes.

Composition du levain

La composition des levains, ensemencés naturellement par des levures et bactéries ambiantes, diffère fortement d’un lieu à l’autre. La proportion de lactobacilles par rapport aux levures est en moyenne de 1 %, et plus de 50 lactobacilles et 20 levures différentes ont été décrites. Si en Europe on retrouve majoritairement Saccharomyces cerevisiae, Torulaspora delbrueckii et une sous-espèce de candida, Candida humilis, la composition des pains en Chine montre une plus grande diversité . En France, Kazachstania unispora est aussi largement présente.

Avantage du levain par rapport à la levure

* Assimilation des minéraux et pain plus digeste
Les céréales ainsi que les légumineuses contiennent de l’acide phytique situé dans l’ensemble du grain mais plus principalement dans leur enveloppe (péricarpe). Cet acide s’associe à certains minéraux présents dans l’intestin pour former des phytates insolubles. Il empêche l’assimilation des minéraux dans notre organisme (on parle de déminéralisation). Sous l’action de la phytase (une enzyme mieux activée dans le levain), l’acide phytique est détruit. Plus le taux d’extraction d’une farine est élevé, plus sa teneur en acide phytique est importante. Plus un pâton fermente, plus la phytase du levain a le temps de libérer les minéraux de cette association avec l’acide phytique. En outre, la pâte qui lève par l’action du levain est un début de fermentation alcoolique, le processus de digestion a donc déjà démarré en dehors de l’estomac. Le pain au levain possède moins de sucres fermentescibles (FODMAP) et est plus facile à digérer que le pain à la levure. Un pain au levain est donc, d’un point de vue nutritionnel, plus intéressant qu’un pain réalisé uniquement avec la levure boulangère. Certaines études ont d’ailleurs démontré que le pain au levain ne présente pas d’inconvénients chez certains intolérants au gluten.
*Pain plus aromatique
*Meilleure conservation du pain
Le pain au levain se conserve une grosse semaine, soit beaucoup plus longtemps que le pain levé à la levure qui sèche très rapidement, car l’acidité apportée par le levain freine la rétrogradation de l’amidon (phénomène spontané de l’amidon qui dans ces conditions le conduit à reprendre sa structure initiale, favorisant par là même les échanges d’eau entre le pain et le milieu extérieur). La rétrogradation est en grande partie responsable du rassissement. Tout l’art du boulanger consiste à employer des techniques permettant de ralentir ce mécanisme naturel.
*Meilleure tenue du pain à l’humidité.
Le pain au levain absorbe moins l’humidité que le pain à la levure, ce qui le rend moins sensible aux variations d’hygrométrie. La tenue du pain en milieu humide permet de mieux travailler ses textures en restauration, dans les recettes incorporant du pain.

Inconvénients du levain

Le levain est une matière vivante et fragile qu’il faut entretenir soigneusement ; lorsqu’il est perdu, il faut plusieurs jours pour préparer un nouveau levain à partir de farine et d’eau.
Pour la même raison, le levain est très sensible à la qualité de la farine et à celle de l’eau, ainsi qu’aux soins qu’on lui apporte et ces variations changent la qualité du pain ; le savoir-faire du boulanger est donc très important.
Le temps de panification est long, du fait d’une fermentation plus lente
La complexité d’utilisation et la fragilité du levain poussent l’industrie boulangère moderne à le délaisser au profit de la levure, malgré les qualités digestives, gustatives et de conservation qu’il confère au pain.